24 mai

Publié le par Kristjan

Miroir du monde, jardin de l’âme, joyau de l’islam, perle de l’orient, centre de l’univers, Samarcande….

Cette oasis fabuleuse des confins du Kyzyl Koum n’a cessé d’éblouir les voyageurs. Et c’est encore vrai aujourd’hui.

Le macédonien Alexandre Grand, le mongol Gengis Khan furent ses conquérants et Tamerlan en fit une capitale dont les dômes audacieux et les mosaïques bleues suscitent aujourd’hui encore l’admiration des voyageurs.

 

 

J’ai eu la chance de parcourir la ville avec Albina, arménienne d’Ouzbékistan rencontrée brièvement il y a 4 ans à Vichy où elle faisait une formation avec Monique.

 

 

Ses parents se sont installés à Samarkand dans les années 70 car son père était architecte. Alors que les touristes et voyageurs se précipitent dès leur arrivée pour visiter le Reghistan, le complexe le plus grandiose d’Asie Centrale, et bien sa mère n’est jamais entrée dedans.

Pour elle il lui suffit de savoir que ça existe. Ce n’est que si un jour elle doit partir qu’elle le visitera. Se suffire de savoir que les choses existent, toute une philosophie…

Dans la mosquée Bibi Khanoum (bibi de l’arabe mon/ma chérie) au centre de la cour un lutrin (piédestal) de marbre gris de Mongolie recevait un coran mesurant un mètre carré.

 

Dessous entre les pieds deux passages. Les femmes pouvaient s’y glisser pour voir s’exaucer leur désir d’enfant. A droite le passage plus large pour un garçon et à gauche plus étroit le passage pour avoir une fille !....

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>